Comment écrire un (bon) brief pour créer son site e-commerce ?

Comme plus de 180 000 personnes ou entreprises, vous avez vous aussi (particulier, startup, PME, grand groupe ou autre) envie de lancer un site e-commerce. C’est normal, ça arrive même aux meilleurs, rien de grave là-dedans. Par contre, vous vous êtes peut-être posé la question : comment décrire rapidement votre projet e-commerce pour obtenir des informations de la part de prestataires ou d’autres personnes du milieu du e-commerce ? Pour faire court, il va vous falloir écrire un « brief ».

C’est quoi un « brief e-commerce » ?

Un brief (explication tirée du site definitions-marketing.com ), c’est :

“Un document plus ou moins long ou une réunion dont l’objectif est de présenter les faits nécessaires à une agence chargée de formuler une proposition pour une action ou une création marketing.

Le brief expose, entre autres, les objectifs et la stratégie de l’annonceur, et éventuellement un budget et les contraintes d’action.

Le brief peut concerner une campagne publicité média, une opération événementielle, une opération promotionnelle, une création de site Internet, etc.”

Il s’agit donc bien d’un document pour présenter votre projet. Le problème, c’est que souvent un brief e-commerce ressemble à ça :

-1 French Startups

Cet échange est extrait du groupe Facebook « French Startup », mais nous recevons de nombreux briefs via notre formulaire de contact avec plus ou moins le même contenu. L’idée n’est pas de stigmatiser la personne qui a posté le message − loin de là − mais bien au contraire de montrer que les réponses apportées ne sont d’aucune aide, car le message de départ est insuffisant pour un brief e-commerce.

Nous en avons souvent parlé sur le blog e-commerce de Skeelbox, mais demander le prix d’un site e-commerce ou les technologies à utiliser est souvent une mauvaise question.

Vos concurrents convertissent plus que vous ! Contactez nous pour booster votre conversion

Pourquoi il vous faut un bon brief e-commerce ?

On pourrait se dire que ce n’est pas bien grave de mal présenter son projet ou de le faire un peu trop rapidement, mais au final cela peut porter tort à votre entreprise. Pourquoi ? Principalement pour deux raisons :

  1. Vous allez passer du temps à lire, analyser, répondre à des réponses peu pertinentes pour vous : en effet, si vous n’êtes pas suffisamment précis, vous allez avoir des réponses qui n’ont rien à voir avec votre projet. Rien que dans l’exemple ci-dessus, le nombre d’erreurs et d’imprécisions est incalculable et la « bonne », ou à défaut la « meilleure » réponse n’est peut-être même pas dans la liste.
  2. Vous allez faire des mauvais choix à cause d’un problème sociologique très humain : on donne souvent raison à la majorité. Si quinze personnes sont d’accord entre elles, alors pourquoi devrais-je choisir autre chose ? A priori, c’est sûrement la meilleure réponse si tout le monde est d’accord.

Vous imaginez que si l’on additionne les deux points, on obtient :

  • vous ne savez pas forcément ce que vous voulez ;
  • vous ne l’avez de toute façon pas énoncé clairement ;
  • un groupe de personnes inconnues vous donne un avis par rapport à leurs connaissances et leurs expériences ;
  • vous avez un penchant humain à choisir la réponse qui sera répétée le plus grand nombre de fois.

Imaginez la probabilité de tomber sur la bonne réponse. Spoiler : elle est très faible.

C’est pourquoi il est essentiel de passer un peu de temps à créer et à diffuser un bon brief e-commerce. Et, non, même pour un « petit projet », c’est une mauvaise idée de demander à droite et à gauche sans un minimum d’informations.

Les cinq conseils pour écrire un bon brief e-commerce

Parlez de votre projet !

C’est tout bête, mais pour obtenir des réponses constructives, il va falloir tout simplement présenter qui vous êtes et pourquoi vous voulez faire du e-commerce. Et non, « ouvrir un site de fringues » n’est pas une présentation suffisante. Vous pouvez essayer quelque chose comme :

“Nous sommes une entreprise de dix personnes qui fabriquons des chemises pour homme très stylées depuis 2008. Nous avons une belle croissance, un entrepôt sur Bordeaux, des revendeurs en France et en Espagne. Nos produits sont déjà revendus en ligne sur des sites comme Asos ou ChicTypes. On aimerait bien vendre en direct nos produits, les expédier depuis notre entrepôt et agrandir la gamme avec des chaussures et des chaussettes.”

Évidemment, le projet ci-dessus est fictif, mais au moins il est pro et présente quand même plus clairement la stratégie e-commerce de l’entreprise, même si elle reste très simple dans cet exemple.

Définissez des objectifs chiffrés

À cette étape, il est évident que définir votre chiffre d’affaires jour après jour sur les dix prochaines années est hors sujet. Mais il est intéressant de chiffrer un peu son brief pour obtenir des retours pertinents. Voici quelques indicateurs que vous pouvez préciser (liste non exhaustive).

  • Combien de personnes travaillent sur le projet ?
  • Combien de personnes travailleront à terme sur le projet ?
  • Votre CA « target », au moins par tranche : 100K ? 1 million ? 10 millions ?
  • Combien de produits et déclinaisons allez-vous avoir ?
  • Avez-vous une estimation de votre budget de développement, même une fourchette ?

Bref, plus vous détaillerez ces infos et plus vous aurez des bonnes réponses. Si vous êtes frileux à l’idée de partager ces informations, donnez au moins des ordres de grandeur.

Précisez vos priorités

Dans l’exemple ci-dessus, la personne indique “petit budget” ; c’est une information, certes, mais vous connaissez beaucoup de personnes qui vont annoncer un budget illimité ? Non, je ne pense pas. (Si jamais c’est votre cas, n’hésitez pas à nous contacter, on trouvera toujours comment dépenser quelques euros. 😉 )

Bref, dans ce cas, “petit budget” ça veut dire quoi ? 10 € ? 100 € ? 1 000 € ? Mais 1 000 € de quoi ? de coûts d’installation ? de coûts marketing ? de budget global pour atteindre quoi ? Vous voyez que cela n’est pas suffisant.

Il faut donc définir vos priorités et les lister. (Oui, sinon c’est juste une liste au père Noël.)

  • Préférez-vous investir au départ pour réduire les coûts fixes tous les mois ?
  • Un investissement de départ faible quitte à ce que les coûts fixes mensuels soient plus élevés ?
  • Vous êtes prêt à faire une partie de la technique ou pas ?
  • Vous avez besoin d’une solution « tout-en-un » (généralement plus chère) ou d’une offre en plusieurs morceaux (moins chère mais peut-être plus de travail pour vous ?)
  • Vous avez besoin d’interfaçages avec des logiciels ? (La Poste, la compta, etc.)

 

Expliquez les sites que vous aimez déjà

S’il n’est pas facile de savoir ce que l’on veut précisément dans un projet e-commerce, au moins au départ, il est toujours possible de lister les sites que vous aimez bien. Dans le même ordre d’idée, listez ceux que vous n’aimez pas, et essayez d’analyser pourquoi : ce site est rapide, celui-ci est trop lent, celui-là est beau, pas celui-là…

Ce sera forcément subjectif et l’idée n’est pas de copier un site existant, mais bien d’exercer votre œil aux bonnes pratiques du web. En plus, cela augmente vos chances d’obtenir un site qui ressemble à vos envies, et de trouver de bonnes idées à reprendre. Gardez juste en tête que ce sont les idées les plus simples qui sont souvent les plus efficaces !

Lisez, lisez, lisez !

Renseignez-vous un maximum sur les blogs e-commerce, sur les livres d’e-commerce. La quantité de littérature disponible sur le sujet est juste démentielle. A contrario, il n’y a pas grand chose sur Youtube pour le moment, mais cela viendra peut-être. En tout cas, vous lirez sûrement tout et son contraire, cela n’est pas bien grave, car au final chaque projet e-commerce est unique. L’essentiel est d’arriver à vous créer une « culture e-commerce » pour éviter de vous faire recommander de mauvaises solutions.

 

Rappelez-vous, les gens essayent de vous vendre ce qu’ils savent produire, pas ce dont vous avez besoin. À vous de savoir correctement exprimer ce dont vous avez besoin pour obtenir de bonnes réponses !

 

Like it ? Share it !
Benoit Gaillat - Directeur Associé
Author

Diplômé de l’HETIC et spécialisé dans l’e-commerce depuis 2004. Après avoir été Responsable VAD pour le Palais des Thés, Benoit à co-fondé Skeelbox. Il est spécialisé sur le développement du chiffre d’affaires des sites e-commerce, la conversion, et dans l’étude des webanalytics. Il est certifié Google Analytics. Il rédige depuis 2009 le blog info-ecommerce.fr, primé en 2011 par la FEVAD comme le meilleur blog e-commerce, et intervient régulièrement comme conférencier/formateur sur l’acquisition de trafic et la conversion.

Plus d'articles de cet auteur
Stay in touch :
  1. defrance dit :

    Ok pour un brief si on souhaite developper un site via une agence..mais qu’en est-il si on passe par prestashop ou wordpress puisque c’est nous meme qui le developpons… Dans mon cas de figure je ne sais deja pas a la base quelle formule choisir ? Comment se faire aider sur ce point ?

Laisser une réponse