Site E-commerce : développement maison, Open Source ou SaaS ?

Créer son site e-commerce est devenu extrêmement simple avec les solutions en SaaS (Wizishop, Oxatis, Prestabox) ou même à l’aide d’outils open source comme Prestashop, Magento.

Pourtant certains e-commerçants/ agences web préconisent encore de développer le site e-commerce entièrement sur mesure. On n’appelle ça « développer from scratch », « développement maison », « développement sur mesure » , bref , c’est du cousu main et fait sur demande au cas par cas. Est-ce réellement intéressant en 2014 ? Quels sont les avantages et les inconvénients de chaque solution ? Et surtout est-ce réellement utile ?

Développement sur mesure

codeUne solution sur mesure c’est la garantie d’avoir un site web avec les fonctionnalités dont vous avez réellement besoin et qui est adapté à 100 % à votre business. Le site va se fondre dans vos processus et votre méthodologie et va donc s’intégrer naturellement dans votre écosystème d’entreprise.

 Avantages

  • Les fonctionnalités du site sont 100 % adaptées à vos besoins
  • L’ajout de fonctionnalités est extrêmement facile
  • Designer spécifiquement pour votre audience
  • Beaucoup de liberté dans le design, l’ergonomie et la conception de votre site e-commerce
  • l’intégration avec votre SI est optimale

Inconvénients

  • Le coût potentiellement plus important de développement
  • Le cadrage de projet avec un cahier des charges précis est absolument essentiel
  • Les risques de dépassement de planning et de budget
  • Ne pas arriver à suivre le rythme des innovations e-commerce

Solutions OpenSource

open-sourceLes plateformes e-commerce open sources, très nombreuses aujourd’hui : Magento, Prestashop, Thélia, RBSchange, Shopify etc… sont des solutions « presque » prête à l’emploi et extrêmement populaire depuis plusieurs années. La gratuité de la solution masquant souvent la complexité réelle du projet. Ces solutions ont permis à de nombreux e-commerçant de démarrer et vendre en ligne de façon extrêmement efficace.

Avantages

  • Aucun coût de licence logicielle
  • Peux être déployé très rapidement
  • De nombreux plugin sont généralement disponibles
  • Les mises à jour avec de nouvelles fonctionnalités sont régulières

Inconvénients

  • De nombreuses options inutiles
  • L’interface des back offices est rarement bien conçue
  • Certaines personnalisations graphiques ou techniques peuvent être impossible à faire
  • Les options de merchandising et d’animation commerciales sont souvent limitées
  • l’intégration au sein de votre système d’information peut se révéler complexe
Vos concurrents convertissent plus que vous ! Contactez nous pour booster votre conversion

Solutions SaaS

cloudLes solutions SaaS (software as a service), maintenant appelées « solutions cloud » sont apparues plus récemment mais peuvent être une alternative sérieuse pour votre site e-commerce.

Avantages

  • Certaines solutions prennent une commission sur les ventes et proposent donc des coûts fixes très bas, voir nuls, idéal pour commencer
  • L’hébergement est pris en charge par la solution cloud
  • La partie technique est gérée par le prestataire SaaS
  • La rapidité de déploiement, parfois quelques minutes suffisent

Inconvénients

  • Il est très difficile de faire des modifications techniques importantes
  • Les systèmes d’import/d’export de données sont limités à des API précises ou des fichiers précis
  • Les fonctionnalités sont limitées à celles offertes par la plateforme

 

Bilan

Chaque typologie de projet nécessite de faire un choix parmi ces acteurs et seul un cahier des charges e-commerce permet de choisir le type de solution adaptée à vos besoins ou partir dans la mauvaise direction peut se révéler handicapant pour le développement commercial de votre site ou tout simplement plomber votre budget.

Et vous quelle est votre solution idéale ? Et comment l’avez vous choisie ? 

Like it ? Share it !
Benoit Gaillat - Directeur Associé
Author

Diplômé de l’HETIC et spécialisé dans l’e-commerce depuis 2004. Après avoir été Responsable VAD pour le Palais des Thés, Benoit à co-fondé Skeelbox. Il est spécialisé sur le développement du chiffre d’affaires des sites e-commerce, la conversion, et dans l’étude des webanalytics. Il est certifié Google Analytics. Il rédige depuis 2009 le blog info-ecommerce.fr, primé en 2011 par la FEVAD comme le meilleur blog e-commerce, et intervient régulièrement comme conférencier/formateur sur l’acquisition de trafic et la conversion.

Plus d'articles de cet auteur
Stay in touch :
  1. Mdzor dit :

    L’ajout fonctionnalités est extrêmement facile sur une plateforme proprietaire ? Je ne suis pas d’accord. Cela depend de la complexite de la solution. Quid des modules open-sources developpés par la communauté qui sont beaucoup plus avantageux que de tout developper depuis 0 ?
    Aussi, et de ce fait, il est beaucoup plus simple d’acumuler une dette technique sur ces plateformes proprietaires.

  2. L’article parle de développement maison mais à aucun moment de solution propriétaire 😉

  3. Mdzor dit :

    Pourquoi comparer solution Maison a solution OpenSource dans ce cas ?
    Si une solution maison est open-source elle rentre dans votre second point et l’article perd son sens, non ? ^^’

  4. Euh, le développement maison, ou développement spécifique, n’est pas Open Source. Il est fait par une agence ou SSII qui va vous en donner les droits mais ce n’est pas du tout de l’Open Source. Il n’a pas vocation à être redistribué.
    L’open Source ce sont des solutions « toute faites » de type Magento, Prestashop éditées et distribuées par ces mêmes sociétés.

  5. Arnaud Chapal dit :

    Bonjour
    Merci pour cet article qui a le mérite (délicat) d’ouvrir le débat.

    Il est toutefois un peu court, et d’après moi, vous enterrez un peu vite les solutions Open Source:

    – Options Inutiles ? Si elles sont comprises dans le prix (gratuit), qu’on s’en serve ou pas n’est pas capital. Et peut-être seront-elles utiles dans 1 ou 2 ans ? Quelque chose de gratuit (les options) n’est pas inutile, c’est une possibilité supplémentaire. Que vous pouvez toujours désactiver.

    -Back-Office « rarement bien conçu »: Rarement, c’est combien ? On peut en dire autant de toutes les autres solutions 😉

    – Personnalisations graphiques impossible ? Pas encore rencontré ce cas, mais je dois avoir moins d’expérience que vous. Sans doute plus une faiblesse Prestashop que chez les autres, d’ailleurs.

    – Options de merchadinsing « souvent » limitées: là encore, le « souvent » est très évasif. Magento est très, très riche en options merchandising/marketing, par exemple. Vous mettez un peu toutes les solutions dans le même sac.
    De plus, il est possible de faire évoluer ces options avec des … développements spécifiques.

    – Intégration complexe dans le SI: alors là, permettez-moi de ne pas être d’accord du tout !

    C’est même sans doute l’un des avantages majeurs de l’Open Source, avec un modèle de données connu, la possibilité de mapper ce que l’on veut, dans l’ordre que l’on veut… à moins que, encore, vous ne pensiez qu’à Prestashop ? Encore une fois, le défaut d’une solution ne peut être attribué à ses concurrents.

    Je partage plus votre analyse du développement spécifique qui, à mon sens, ne se conçoit qu’avec beaucoup de précautions, et je vous soutiens dans la nécessité d’avoir un cahier des charges sérieusement rédigé.

    Ravi de vous avoir lu, merci d’ouvrir le débat.
    Arnaud

  6. Bonjour Arnaud et merci pour cet avis argumenté !
    Le but de l’article n’est pas de juger « définitivement » vu que la question se pose réellement pour chaque projet. Après c’est une synthèse un peu rapide, j’en convient.

    Options inutiles : Oui, surcharger le back office de fonctions inutiles (mais qui peuvent être utiles à d’autres ecommerçants) est nuisible au travail quotidien du e-commerçant et c’est un problème sous estimé malheureusement. Avoir l’outil adapté est un gage d’efficacité.

    Pour le back office je parlai de celui de Magento plus particulièrement, et comme Prestashop à voulu les copier on a désormais deux mauvais back office …
    Personnalisations : chaque solution à ses limites malheureusement et oui on les atteint sur certains projets mais c’est loin d’être .

    Merchandising : oui c’est un peu évasif mais encore une fois Magento est très mauvais là dessus, surtout la gestion des bons de réduction (Ex N°1 impossible d’en créer en masse) en option de tri de produits en back office, la gestion des offres en home est souvent galère, bref c’est très mauvais niveau merchandising. Y’a qu’a installer un moteur de merch sur un magento pour faire la différence niveau CA 😉

    Intégration SI : oui sur le papier mais amusez vous avec l’API de Magento et ça devient beaucoup moins « si facile que ça ». Avec des briques et des dev spécifiques on résout cependant une grosses partie des problèmes à ce niveau.

    Pour mon article j’avais plutôt en tête Magento que Prestashop qui est « pire » que Magento sur pas mal de points à part la simplicité dans la gestion du quotidien.
    Attention, hein les solutions open sources ont énormément d’avantages ! Mais ce ne sont pas des solutions « miracles », elles ont leurs inconvénients 😉

  7. Daniel dit :

    Bonjour Benoit

    Je ne crois pas que ton article avait pour but de détailler précisément un comparatif des différentes solutions car il en existe beaucoup elles sont assez disparates. Pour étayer mon propos je vais me permettre de remonter quelques décennies en arrière ( ben oui… mes cheveux blancs!) sur le sujet de la gestion d’entreprise. dans les années 80-90 la révolution micro/mini bat son plein et toutes les PME veulent informatiser leur gestion. A leur disposition uniquement des développement sur mesure pour des budget de plusieurs dizaines de milliers de francs ( tant qu’a faire dans l’historique, j’assumes jusqu’au bout) C’étaiit le règne des SSII facturant fort des prestations de spécialistes sur un marché neuf et avec peu de concurrence. Puis sont venus les softs  » en boite » vulgarisant la gestion informatique et permettant à des PME d’avoir accès à de systèmes réservés aux grosses boites. Nous étions dans une gamme de quelques milliers de francs. Puis les Ciel et EBP ont sortis des produits probablement limités sur certaines fonctions mais assurant 99% des besoins des TPE/ PME et seulement pour quelques centaines d’Euros (Magie de l’évolution)? Qui aujourd’hui aurait envie/ besoin de développer un outil de gestion de sa compta ou de sa gestion commerciale? et maintenant on retrouve dans le Cloud des solutions dépassant largement les capacités des premières solutions très chères pour quelques dizaines d’euros par mois.Qui aujourd’hui partirait du C ou du C++ pour créer un telle fonction? Ce préambule est un peu long .. mais vous voyez ou je veux en venir. Qu’elle est la maturité du E-Commerce? Un très grosse quinzaine d’années? Il est normal que subsiste encore quelques dev spécifiques mais ils sont de moins en moins nombreux. Nous sommes dans l’ère de l’open source et du programme modifiable mais pointe déjà les solutions cloud ou les performances s’améliorent de mois en mois et pour des coûts totalement maîtrisés.
    N’est ce pas le sens de l’histoire quand on voit que la complexité est de moins en moins dans la création de l’application ( je ne dis pas que c’est simple non plus , je ne vais pas me mettre tout le monde à dos tout de suite!) mais de plus en plus dans l’utilisation de cet outil E-commerce.
    Beaucoup de mes clients ont des solutions  » open source » parce que c’est plus « puissant » que l’on est  » moins dépendant » et plus « personnalisable » et utilisent des fonctions tellement standards que n’importe quelle solution Cloud pourrait répondre aux besoins pour juste 2 ou 3 fois moins chers..
    Fort de ce constat nous avons pris la décision de ne plus faire de dev spécifiques, de ne plus personnaliser des open source depuis 2 ans et de ne travailler qu’avec des solutions cloud. ( il commence a en avoir avec de sacrés caractéristiques et des interconnexion avec les caisses, les gestions commerciales ou logisticien via des web service ) etc.Ma rentabilité a décollé, et le coût d’investissement de création de mes clients a chuté leur permettant d’investir dans ce qui coûte de plus en plus cher ; leur acquisition de trafic.

  8. Je cite  » Il est normal que subsiste encore quelques dev spécifiques mais ils sont de moins en moins nombreux. »
    C’est à mon avis un sentiment personnel et non pas une étude statistique. Y compris pour les petits sites nous voyons très régulièrement des développements maison et de nombreuses agences « ne vendent que ça » . D’où l’intérêt de l’article 😉

  9. Mélanie dit :

    Il y a des solutions qui permettent d’interfacer les solutions type Prestashop, Magento, etc … avec son SI. J’ai mis le lien en signature.
    Cela permet d’utiliser le meilleur des logiciels de gestion commercial et sans en changer (sans doute le plus important) et un bon CMS e-commerce.
    Côté inconvénient, par rapport à un système sur mesure, les intégrations sont moins fortes.
    Avec du sur mesure on pourrait imaginer avoir du vrai temps réel (avec la même base de données), ce qui ne se fait pas en liant 2 outils.

Laisser une réponse