Acheter un site e-commerce existant: opportunité ou coup de poker ?

site-ecommerce-a-vendreLe rythme effréné de création de nouveaux sites e-commerce (+45 nouvelles boutiques en ligne chaque jour en 2012 !) amène à l’émergence d’une nouvelle pratique : la vente et l’achat de site e-commerce.

De nombreux e-commerçants qui se sont lancés il y a quelques années veulent désormais récupérer le fruit de leur travail, et de manière logique, vendent leur site au plus offrant. Ca, c’est la version officielle…
Mais bien souvent, la véritable raison de cession, rarement évoquée, est que la plupart de ces e-commerçants ont rarement réussi à gagner leur vie durant les 3-4 ou 5 années d’exploitation de leur activité. Et ils jettent l’éponge, en essayant de récupérer une partie de leur investissement.

Ce triste constat n’est pas issu de mon imagination, mais d’une quinzaines de dossiers que nous avons eu entre les mains ces derniers mois chez Skeelbox, via des acheteurs qui souhaitaient réaliser un audit de site e-commerce avant de finaliser leur acquisition.

Un marché d’opportunistes néophytes ?

Beaucoup de ces sites e-commerce à vendre avaient un point commun : un amateurisme flagrant dans leur gestion et leur développement commercial.

Ces sites sont nés par opportunisme, de la part d’une personne qui ne connaissait pas grand chose à la vente en ligne. L’apprenti-e-commerçant a appris le métier sur le tas. Il s’est lancé dans des investissements webmarketing hasardeux qui n’apportent rien, voire, il n’a fait aucun investissement par manque de moyen, et tente de faire les choses lui-même, avec des résultats très faibles, parfois nuls. Pour tous, nous il n’y a aucune logique de mesure des performances du site, aucune approche d’optimisation du merchandising, d’optimisation de la conversion, pas de stratégie de fidélisation, etc.. Bref, parfois je me demande comment ces personnes ont fait pour tenir si longtemps avec leur site e-commerce !

Le bilan des audits furent parfois terribles : le site et sa visibilité étaient tellement mauvais, qu’à part la base clients, tout est à refaire. Pourtant, le vendeur demande 30 000 €, 50 000€, voire 100 000 € pour vendre son site.

envers-du-decor-site ecommerce

Les hamburgers sont très appétissants dans les publicités. Mais quand ils sont dans votre assiette…. Pour un un site e-commerce, c’est pareil !

Et il y en a qui achètent pensant faire une bonne affaire, car quand on n’est pas un expert e-commerce, on ne sait pas évaluer la qualité d’un site e-commerce et les performances de sa stratégie webmarketing.

Et c’est là que pointe le 2ème problème : la plupart des acheteurs sont aussi des novices attirés par le bullshit des médias autour de « l’eldorado du e-commerce », sans comprendre ce qui se cache derrière la réalité. Car la réalité du e-commerçant seul dans son coin ne fait pas rêver. 12 heures de travail par jour à faire des taches répétitives et ennuyeuses au possible, pour essayer de gagner quelques visiteurs supplémentaires tous les jours, ou quelques dixièmes de conversion, emballer des colis, faire des factures, gérer des prestataires dont il ne comprend pas grand chose de leur métier, etc… pour 6000 € de CA (pas de salaire, hein… je parle de CA) par mois. Whouaouuu ! Quelle vie de rêve !

Quand je lis dans certains dossiers de vente « Temps de gestion quotidien : 3-4 heures/jour », je rigole intérieurement.

Une bonne affaire en rachetant un site e-commerce ? Plutôt un coup de poker

Achat de site e-commerce

Pour faire un beau coup, il faut avoir des bonnes cartes dans son jeu !

Un coup de poker, un jeu de roulette russe ? Oui, je ne suis pas loin de le penser au regard du profil des vendeurs et des acheteurs généralement constaté.

J’ai même vu un site acheté et revendu à 3 reprises en 4 ans. A chaque fois, l’acquéreur croyait que le site tournait tout seul, il s’est dit « chouette de l’argent qui tombe sans rien faire », et il a compris son erreur de jugement en quelques mois, au point de revendre très vite avant de tout perdre.

Bien sûr, il peut aussi y avoir aussi des belles opportunités de rachat, mais aujourd’hui, ma conviction est qu’elles sont rares. Un site e-commerce qui est une machine à cash n’a pas vocation à être revendu au bout de 2-3 ans. Il lève des fonds et se développe pour démultiplier ses gains le moment venu pour sa vente.

Les véritables opportunités n’existent que pour les bons acheteurs : des personnes ayant déjà mis les mains dans la gestion d’un site e-commerce, avec quelques années d’expérience, qui savent détecter un potentiel mal exploité / un business prometteur, et qui vont injecter de l’argent dans le site et le webmarketing pour le remettre sur les rails.

Pour ceux qui ne sont pas des experts e-commerce, il me semble qu’il vaut mieux prendre quelques précautions, en faisant un audit de site e-commerce pour obtenir une évaluation indépendante de la  qualité du site et de son potentiel. Quand les montants d’achat de site e-commerce atteignent quelques dizaines de milliers d’euros, il vaut mieux sécuriser un minimum son investissement.

Quelques sites pour faire un achat de site e-commerce

Prochain article : les éléments à étudier avant l’achat de site e-commerce.

Vous aimez ? Partagez !
Skeelbox - Ecommerce Consulting
Auteur

Skeelbox Consulting est un cabinet de conseil spécialisé dans l’e-commerce et les stratégies webmarketing pour les sites marchands. Nous accompagnons les marques, PME et retailers à toutes les étapes de leur projet e-commerce.

Avec plus de 550 missions de conseils e-commerce en 8 ans sur l’ensemble de la chaîne e-commerce, Skeelbox est votre partenaire conseil pour lancer votre activité e-commerrce et réussir votre transformation digitale : définition de votre Stratégie, AMOA en création et refonte de site, pilotage webmarketing, Webanalytics.

Plus d'articles de cet auteur
Restez en contact :
  1. peetpistol dit :

    « Car la réalité du e-commerçant seuldans son coin ne fait pas rêver. 12 heures de travail par jour à faire des taches répétitives et ennuyeuses au possible, pour essayer de gagner quelques visiteurs supplémentaires tous les jours, ou quelques dixièmes de conversion, emballer des colis, faire des factures, gérer des prestataires dont il ne comprend pas grand chose de leur métier, etc… pour 6000 € de CA (pas de salaire, hein… je parle de CA) par mois. Whouaouuu ! Quelle vie de rêve ! »

    Vraiment ?
    Le petit e-commercant est vraiment bien stupide de vouloir développer son business ! Mais quelle mouche l’aurait bien piquer de se lancer dans une telle aventure ? En plus, il est un peut béta car il ne comprend pas trop ce qu’il paye à ses prestataires ! Une vraie buse ce petit e-commercant !

    Mais vous les faites à qui vos devis au juste ?

  2. Ludovic Passamonti dit :

    Bonjour,
    Le propos de l’article n’est pas de dénigrer les e-commerçants qui se lancent dans l’aventure, qui travaillent dur, mais de montrer que l’envers du décor est bien loin de ce que les vendeurs de site veulent laisser penser, tout comme le discours des medias sur ce sujet.
    Si j’ai bien compris, vous êtes vous-même e-commerçant, donc j’imagine que vous êtes bien placé pour savoir que ce métier est particulièrement complexe, et que l’argent ne coule pas à flot en travaillant 4h-5h/jour comme le prétendent certains vendeurs de site dans leur dossier de cession. Si un tel métier existait, cela fait longtemps que nous le ferions tous n’est-ce pas ? 😉
    Pourtant il y a des personnes / acquéreurs qui semblent le croire… donc il me semble normal et honnête de remettre les pendules à l’heure.

  3. Christophe BENOIT dit :

    Tellement vrai. J’ai même vu des ecommerçants qui s’étaient fait embobiné par un vendeur : le site fonctionnait tout seul et était automatiquement traduit dans de nombreuses langues (en fait c’était un Prestashop qui nécessitait de traduire à la main chaque description mais le discours avait été tourné de telle manière qu’ils avaient compris que la traduction se faisait toute seule).

  4. sid-networks dit :

    @peetpistol:disqus Peetpistol. Cet article me semble bien refléter la réalité. C’est un constat auquel je souscris. Se lancer (et/ou racheter) dans le e-commerce, c’est se lancer pour beaucoup dans le commerce, la VAD et le e-commerce à la fois et galérer de nombreux mois avant de pouvoir en vivre, surtout si ce sont des pure-players.

    @ludovicpassamonti:disqus Merci. Le CA de 6.000 € mensuel est même déjà encore un objectif pour certains. Pour les petits acteurs ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui développent une stratégie « Cross-canal » avec une marque clairement différenciée.

  5. peetpistol dit :

    Oui sauf que l’acheteur à aussi une responsabilité quand même !
    Qui se lance sérieusement dans le e-commerce en achetant un prestashop qui se traduit tout seul en plusieurs langues ??? Même si le vendeur (pas honnête) te le dit.

  6. eCom-Store dit :

    J’étais passé à côté de cet article! Honte! Très bien construit en tout cas. A priori la vente de site est plutôt un business de pro, difficile pour un débutant en e-commerce de bien acheter. Cependant sur eCom-Store on aime à voir le commerc comme des entreprises comme les autres, donc il respectant les mêmes précautions que pour une société classique un rachat peut se faire sans embuches.

  7. Monfort dit :

    Bonjour,

    Je souhaitai rajouter un site de vente de site – totalement gratuit – et l’un des seuls a avoir une application Apple store – a noter tout de même !

    Un site qui existe depuis décembre 2009 ! Et qui fait sont petit bonhomme de chemin.

    Ce site est : http://www.trouve1site.com, qui regroupe a ce jour plus de 246 sites en vente, plus de 300 domaines en vente et plus de 420 acheteurs inscrits !

    A noter que ce site propose un service de deal en première page – une exclusivité …

    Un site intéressant qui mérite d’être cité !

    Merci a tous et bonne vente – bon achat …

  8. InvestirEnSlip dit :

    Bonjour à tous et Ludovic,
    La voie du milieu existe comme pour tout. J’exprime ici http://www.investirenslip.fr/vie-e-commercant-selon-ludo/ mon point de vue sur la vie d’un petit e-commerçant en partant de la citation de ton paragraphe qui offre une vue trop partielle.
    Bon Ok, mon article est peut être un peu monde merveilleux (chacun voit finalement midi à sa porte) pour celui qui souhaite investir sur du e-commerce, mais il faut bien équilibrer la balance et tout comme toi je me base sur un certains nombres de cas concrets qui ont forgés ma vérité.

  9. Camille dit :

    Bonjour,
    je vous conseil de lire l’article d’investir en slip. Néanmoins, a choisir il vaut mieux avoir peur que de se faire des illusions avant de commencer n’est ce pas ?

  10. Cristof dit :

    Bonjour à tous,
    Je propose une autre adresse d’un site pour vendre et acheter des sites internet, e-commerce, noms de domaine etc. C’est gratuit et sans commission. C’est sur http://site-encheres.com.
    Bye.

  11. Mélanie dit :

    Bonjour à tous, je voudrais vous partager un « bon plan » ou plutôt un site qui m’est très utile pour m’y retrouver lorsque je souhaite acquérir un site.
    C’est le site http://www.estimasite.com il vous permet de réaliser en quelques secondes une estimation de n’importe quel site, vous voyez où je veux en venir ?
    Cela permet de vérifier si le vendeur abuse ou non sur le prix, vous pourrez donc identifier une « arnaque » (site surévalué) ou constater au contraire qu’il y a une bonne affaire.
    J’utilise ce site depuis des années mais ne vous limitez pas à ça dans vos recherches même si le site donne de nombreuses statistiques faites votre propre avis et votre propre analyse à coté car l’achat d’un site (surtout si son prix est important) ne doit pas être fait à la légère !
    Bonne continuation 🙂

    Mélanie.

  12. Marianne dit :

    Bonjour à tous,
    Article intéressant moi qui suis entrain de créer un site e-commerce sauf que je ne maitrise pas trop le domaine je me suis suis référé sur ce site e-commerce afin de mettre en place le mien sauf qu’au niveau des prix je ne sais pas trop combien je dois préparer pour mon site.

  13. Julia dit :

    Pour la partie opportunité 😉 , vous pouvez visiter : https://www.site-en-vente.com

  14. Sylvain dit :

    Article qui a déjà plus de 7 ans d’âge mais qui reste toujours à peu près d’actualité. Manque le phénomène Dropshipping qui a accentué encore plus ce montage à l’arrache d’ecom boosté à grand coup de FB Ads et autres pour les revendre dès que les chiffres sont au vert. Les prix de vente sont très souvent fantaisistes basé sur aucune réalité économique. Sachez vous entourer si vous êtes acheteur.

Laisser une réponse